(Environnement et patrimoine)

Quand passent les palombes…

Entre octobre et novembre avec en principe un pic à la Saint-Luc, le Pays Basque, vit au rythme des grands vols bleu argenté. Les palombes, comme d’autres migrateurs, passent par ici avant de retrouver la chaleur du sud pour l’hivernage. C’est là que les chasseurs les attendent!

Le tir au vol se pratique à partir d’un poste fixe. On peut aussi utiliser un leurre pour attirer les palombes : le leurre est alors, une palombe attachée sur un perchoir à bascule, manœuvré depuis une palombière. Les battements d’aile de la palombe attirent ses congénères vers les chasseurs

La chasse  traditionnelle reste néanmoins la chasse au filet. Elle n’est autorisée, au nom de la tradition que dans de rares endroits : si une pantière disparaît, l’autorisation d’en créer une autre n’est pas accordée. Ce sont des filets verticaux dressés au milieu d’un col. Quand elles se sentent menacées par l’autour, les palombes plongent au ras du sol pour échapper au prédateur. Pour diriger les palombes vers les filets, dès l’entrée du col, les rabatteurs les attirent par leurs cris, mais aussi par des bâtons avec un linge blanc (chatars) tournoyant dans les airs, un peu plus loin, d’autres hommes lancent des palettes sous le vol pour simuler l’attaque de l’autour ;  elles se dirigent alors en piqué vers le sol et droit dans les filets, c’est au moment délicat du rabattage des filets que beaucoup s’échapperont….

Chasser la palombe en pantière se mérite! il faut monter, souvent à pied, jusqu’au col par un petit chemin longeant la montagne. C’est aussi une école de patience, il faut attendre… attendre…. et attendre qu’un vol arrive et quand il est là, se figer, sans un bruit, pour ne pas les effrayer et qu’elles finissent leur course dans les filets. Il faisait beau ce matin-là, à 500 mètres d’altitude au col de Lepheder, pantière de la famille Ospital depuis plus de cent ans. Ils étaient tous là, hommes et femmes, pour s’occuper des cinq filets tendus dans le col. Il faisait beau, le vent du sud soufflait… trop peut-être, selon les habitués… les palombes, ce matin-là ont boudé le col de Lepheder.

La palombe se déguste en salmis, rôtie ou flambée au capucin, à la maison ou dans tous les bons restaurants de l’intérieur du Pays Basque.

Publié le 16 novembre 2010

PALOMBE_9.JPG

Tags : , ,
Cliquez sur les vignettes pour agrandir les photos.