(Agriculture)

Tout est bon dans… LURRAMA

C’est certainement devenu le rassemblement gastronomique le plus important de l’année. Il y avait là tout ce qui se fait de mieux au Pays Basque, comme bons produits transformés par des agriculteurs responsables soucieux du bien être de tout un chacun.

Quatre concours pour couronner le tout, celui traditionnel du fromage , celui du piment et de la cuisine amateur et cette année en plus celui de la baguette de pain pour mettre en valeur la farine du pays. Sans oublier la région invitée, la Normandie et ses incontournables fromages. Rayon attraction le premier challenge de Lurrama de soka tira. Devinez qui l’emporta, une équipe venue directement de… Hollande.

Publié le 12 novembre 2015

.

.

(Voir la suite…)


(Folklore)

Le réveil de l’ours

Le réveil de l’ours c’est la fin de l’hiver, les carnavals annoncent la venue du printemps. Si les ours se font rares  dans nos montagnes on les retrouve dans la majorité des défilés carnavalesques du Pays Basque. Hendaye cette année en avait fait en partie le thème de sa journée, Bayonne l’avait mis en cage en choisissant le cirque.

Les Caldereros. Plus original quelques bons vivants reprenant une tradition de nos voisins du sud ont depuis quelques temps renoué avec les Caldereros (chaudronniers). Accoutrements originaux, casseroles, poêles  et cuillères, pour faire du bruit, ils interprètent aussi de vieilles chansons au son de la guitare et de l’accordéon.

Publié le 10 Mars 2014

Carnaval 1.jpg

 

(Voir la suite…)


(Arts et Culture)

« Mutur zikin, Bihotz bero »

Olentzero, annonciateur du retour de la lumière, est, en décembre, le personnage le plus important de la culture basque, juste après le solstice d’hiver.

Beñat Amorena, percussionniste et compositeur a créé un spectacle revisitant le mythe de l’Olentzero, « Mutur zikin, Bihotz bero » (Sale gueule au grand coeur), un conte musical et chorégraphique.

La Terre est en panne de Soleil… Il est parti en laissant la population dans la pénombre. Olentzero, le paria du village est le seul à avoir gardé un contact avec le Soleil. Avec Ekain, fille du Soleil,  il part à sa recherche pour sauver la Terre et rapporter triomphalement le soleil et la lumière.

Ce spectacle de Beñat Amorena, avec la formation musicale Burrunka, sur une chorégraphie de Mizel Theret fut présenté en février 2010, lors du Festival Hartzaro d’Ustaritz. A retrouver en images au Bar du Marché à Bayonne jusqu’au 31 décembre.

Publié le 7 décembre 2010

.

.

(Voir la suite…)


(Sport)

De la pêche… à la course

A l’origine (milieu du XVIIIe siècle),  les trainières étaient de petites embarcations de pêche, légères et maniables, équipées de filet tournant et coulissant (traina). Elles permettaient aux pêcheurs du Pays Basque de rapporter dans leurs filets, sardines et anchois, sans avoir à trop s’éloigner de la baie.

Aujourd’hui, les trainières sont devenues sportives. Chaque année, de juillet à octobre, des courses de trainières sont organisées le long de la côte basque, plus particulièrement en Pays Basque sud (Guipuscoa et Biscaye). Les équipages composés de 13 rameurs (assis deux par deux plus un à la proue de la trainière) et d’un « patron » jouant le rôle de barreur à la poupe et jouant de la voix pour faire avancer l’embarcation. Cela donne l’occasion aux villages de la côte de s’affronter dans des joutes autant amicales que sportives, attirant un public nombreux et averti.

Au Pays Basque nord, c’est l’association Itsas Kirolak qui a relancé les courses de trainières dans la baie de Saint-Jean-de-Luz, il y a vingt ans. Pour fêter l’évenement, une régate était organisée avec des équipages d’Euskal Herria.


(Agro-Pastoralisme)

Viva Xapata!

La culture de la cerise à Itxassou fait partie de la tradition agricole du Pays Basque, comme le piment à Espelette. Des 6000 arbres en production sur le terroir d’Itxassou, trois variétés font le bonheur des gourmands et gourmets.

Xapata est la plus courante et la plus connue. D’un rouge orangé à chair jaune, elle se consomme fraîche. Sucrée, parfumée et légèrement acidulée, elle vous met l’été en bouche!

Peloa et Beltxa, cerises noires à chair rouge et grenat, à la saveur sucrée,  se consomment aussi fraîches, mais sont surtout utilisées en cuisine. La confiture de cerise noire d’Itxassou accompagne agréablement un ardi-gasna (fromage de brebis) un peu trop sec. Les cerises noires garnissent aussi depuis toujours le gâteau basque, bien avant la crème pâtissière!

Cerises 4.jpg

(Voir la suite…)