(Manifestations)

Aurore askatu!

Les partis politiques de tous bords s’indignent de l’extradition d’Aurore Martin (sous couvert d’un Mandat d’Arrêt Européen), livrée « manu militari » aux autorités espagnoles, incarcérée dès son arrivée à Madrid. Son crime? avoir participé à une réunion publique d’un parti politique, interdit en Espagne, mais légal en France.Elle risque 12 ans de prison! La mobilisation grandit au Pays Basque pour réclamer sa libération immédiate d’abord au Ministre de l’Intérieur, qui a tapé en touche… et au Président de la République. La balle est entre ses mains… espérons qu’il n’en fera pas le même usage que Ponce Pilate.

Mais qu’elle est donc cette échelle de valeur? Faut-il avoir violé pour échapper à une extradition? La nationalité française a permis à cinéaste de renom accusé de viol aux Etats-Unis, de bénéficier du fait que la France dans la plupart des cas, n’extrade pas ses propres ressortissants, même si les faits reprochés sont aussi condamnables en France. J’ai un doute… le viol est bien interdit en France? Quoique… une affaire récente dans le Val-de-Marne pourrait faire penser le contraire! Pour mémoire, Aurore Martin est citoyenne française, elle est membre d’un parti politique autorisé en France, cela n’a pas empêché les autorités françaises (qui n’ont rien à lui reprocher!) de la livrer à la police espagnole. On se croirait presque revenu 70 ans en arrière! Quoiqu’il en soit, il semblerait qu’appartenir à un parti politique dérangeant soit plus grave que violer, seul ou en réunion.

Libérez Aurore Martin!

C.C.

Publié le 5 novembre 2012

Les juges de la Cour d'Appel de Pau avaient accepté en son temps la livraison par la France à l'Espagne d'Aurore Martin

Les juges de la Cour d’Appel de Pau avaient accepté en son temps la livraison par la France à l’Espagne d’Aurore Martin

(Voir la suite…)


(Manifestations)

Aurore Martin… après 6 mois de clandestinité

Sous le coup d’un Mandat d’Arrêt Européen et risquant de ce fait, à tout moment, une expulsion vers l’Espagne, Aurore MARTIN était entrée en clandestinité en décembre dernier. C’est la première fois que la France accepte de livrer à la justice d’un autre Etat européen l’un de ses ressortissants pour des faits légaux sur le territoire  français et interdits de l’autre côté des Pyrénées. Une situation kafkaienne pour Aurore Martin!

La jeune militante de Batasuna (parti autorisé en France et interdit en Espagne) avait choisi Biarritz pour sa première réapparition publique, à l’occasion d’une journée organisée par le comité de soutien aux prisonniers basques. Elle fut chaleureusement applaudie par une assistance que la Halle d’Iraty avait du mal à contenir.  Soutenue par de nombreuses personnalités de divers horizons, dont le sénateur-maire de Biarritz,  elle a pris la parole, non sans une certaine émotion, se disant à la fois prête à affronter les décisions judiciaires et confiante au vu des résultats des dernières élections espagnoles.

Publié le 19 juin 2011

Meeting Aurore Martin 5.jpg

(Voir la suite…)