(Politique)

Baroud d’honneur pour les Démo

C’est par une action hautement symbolique que les Démo (Démocratie pour le Pays Basque)  ont mis fin à 10 ans de lutte pacifique dans la désobéissance civile. Symbole, histoire et politique, un mélange teinté d’humour pour cette sortie en panache.

En juin 2000, les « petits hommes jaunes » extrayaient des Archives Départementales de Pau, le registre des délibérations du Biltzar du Labourd de 1789, se promettant de le rendre lorsqu’il y aurait une structure équivalente au Pays Basque. C’est chose faite, maintenant: le Pôle Pays Basque des Archives départementales vient d’ouvrir à Bayonne.

C’est donc symboliquement Dominique Joseph Garat, élu député du Labourd aux Etats Généraux de 1789 rêvant déjà de l’autonomie de son Pays Basque natal, qui a remis hier, le précieux registre à Christine Bessonart, actuelle Présidente du Biltzar des maires du Pays Basque, en toute légitimité. Charge pour elle de le restituer aux instances concernées.

Après ce dernier geste plein d’éclat, les Démo ont annoncé officiellement l’arrêt de leur mouvement et de leurs actions.

Publié le 6 novembre 2010

Demos registres.jpg

(suite…)


(Politique)

L’épopée des Démo

« Démocratie pour le Pays Basque », plus connue sous le nom de Démo, est une organisation non-violente, de la mouvance abertzale, spécialisée dans la désobéissance civile, à base de pétitions, de manifestations et d’actions symboliques. Après 10 ans de lutte pacifique, les Démo se sabordent dignement.

La première action remonte au 6 janvier 2000. Juchés sur le mur de la prison de Bayonne,  avec un tee-shirt jaune et un masque blanc pour emblème, ils donnent le ton de leurs actions « mouche du coche », qui ne font de mal à personne, mais qui agacent profondément les autorités.

La même année, en mars, ils subtilisent 21 des 52 fauteuils des élus basques au Conseil général à Pau; ils les restitueront plus tard à Bayonne. En juin 2000, ils dérobent,  aux Archives départementales de Pau, le registre des délibérations du Biltzar du Labourd de 1789, registre qu’ils rendront prochainement au Centre d’archives de Bayonne, mettant ainsi, avec panache,  un terme à leurs actions, complétement rassurés sur le lieu de résidence du précieux registre.

Parmi les actions des Démo au cours de ces 10 années: la défense de la langue basque et du bilinguisme, particulièrement auprès de la SNCF, des simulacres d’accidents de la route pour sensibiliser la population et les autorités aux risques encourus par les familles des prisonniers éloignés du Pays Basque, l’enlèvement des bustes de Marianne dans certaines mairies du Pays Basque et leur présentation lors d’une conférence de presse clandestine, l’occupation du campus pour la défense de la langue basque à l’université, les revendications pour le rapprochement des prisonniers ou  pour la création d’un département Pays Basque, etc…, etc…

10 ans de désobéissance civile, qui ont valu à leurs auteurs, nombre d’interpellations, de procès et d’amendes.

Prison 2.jpg

(suite…)