(Cinéma)

Sa dernière levée

Omar Sharif l’acteur de cinéma égyptien d’origine libanaise est décédé ce vendredi au Caire.

Deux films « Lawrence d’Arabie » et « Docteur Jivago » lui ont forgé une renommée mondiale.

Homme de cheval, il a possédé une écurie et fréquentait assidument les champs de course. Tous les joueurs de bridge du sud ouest le connaissaient bien, il a très souvent participé à des tournois au casino Bellevue de Biarritz. Grand amateur et joueur professionnel de ce jeu de carte, il est venu de nombreuses fois sur la côte basque pour participer à des tournois internationaux.

Publié le 10 juillet 2015

Détente au bar du Plaza

Détente au bar du Plaza

(Voir la suite…)


(Arts et Culture, Cinéma)

FIPA-ci… FIPA-là…

C’est devenu une tradition. La dernière semaine de janvier, Biarritz vit dans les salles obscures. Curieux ballet, dans les rues, entre les séances, où des groupes se croisent pour aller d’une salle à l’autre, bravant le froid et hâtant le pas pour se réfugier dans la salle suivante. Le Festival International de Programmes Audiovisuels attire de plus en plus de monde. Et malgré un jour de programmation supplémentaire, il a encore fallu pour certaines séances, gérer les frustrations et refuser du monde.

Elle avait commencé sous le soleil cette semaine de projection, mais au fil des jours la météo s’est mise à l’unisson et le ciel s’est obscurci! Qu’importe, cela n’a pas refroidi les ardeurs du public dans les salles et des professionnels au FIPATEL. Deux rangées de méridiennes rouges installées dans le hall du Casino municipal, donnaient aux uns et aux autres l’illusion d’une manifestation estivale. Un nombreux public dans les salles… beaucoup plus clairsemé pour les conférences. L’hommage rendu à Hervé Ghesquiere et Stéphane Taponier, les deux journalistes retenus en Afghanistan depuis 13 mois, était prétexte à réflexion sur la liberté d’informer.

Les jeunes sont très investis dans ce festival avec le jury des Jeunes Européens et les élèves du pôle audiovisuel de Biarritz qui ont profité d’une semaine de travaux pratiques grandeur nature en réalisant un clip sur le FIPA.

Une bonne semaine d’où chacun est reparti avec des images plein les yeux. Un palmarès unanimement apprécié… et un lauréat visiblement surpris d’avoir reçu 3 prix!

Publié le 1er fevrier 2011

FIPA 2011 18.jpg

(Voir la suite…)


(Arts et Culture, Cinéma)

« Revolucion »… à la Gare du Midi

Pendant une semaine, Biarritz a vécu au rythme de son 19e Festival de Cinémas et Cultures d’Amérique Latine. Les rythmes sud-américain ont envahi autant les salles obscures que le village du Festival ou les rues de la cité.

Concerts, animations musicales et cours de danse au Village, pour la partie festive. Cinémas, rencontres littéraires (Luis Sepulveda,  Lucia Penzo, Luis Britto Garcia, Juan Villoro) expositions photo (Jacques Borgetto, Christian Poveda), rencontres avec les réalisateurs ou acteurs, pour la partie culture, avec un clin d’oeil particulier à Edgar Ramirez que le public biarrot avait découvert en 2008 dans « Cyrano Fernandez » et que le monde entier connaît depuis son interprétation de « Carlos ».

Affluence record dans les salles cette année, où l’on a dû souvent refuser du monde. Soirée de clôture haute en couleurs à la Gare du Midi, entre rire, émotion et légère contestation à la lecture du palmarès.

« Revolucion » film mexicain à sketchs de Amat Escalante, Carlos Reygadas, Diego Luna, Fernando Eimbcke, Gael Garcia Bernal, Gerardo Naranjo, Mariana Chenillo, Patricia Riggen, Rodrigo Garcia et Rodrigo Pia a reçu le Prix du Syndicat français de la Critique… applaudi et l’Abrazo du Meilleur long-metrage… un tantinet chahuté!

Le Prix (collectif) d’interprétation féminine est revenu à Nanda Costa, Amanda Diniz et Kika Farias du film brésilien « Sonhos Roubados » de Sandra Wermeck, tandis que le Prix d’interprétation masculine était décerné à Osmar Nuñez du film argentin « La mirada invisible » de Diego Lerman.

Hommage au photographe Christian Poveda

Hommage au photographe Christian Poveda

(Voir la suite…)


(Arts et Culture)

Zinealdea, l’oasis du 7e art

ZINEALDEA  est un espace de services et d’infrastructures destiné à la production audiovisuelle, situé à Oiartzun en Gipuzkoa, au coeur de l’Eurocité Bayonne/Saint-Sebastien et à mi-chemin de Paris et Madrid. Ce projet en cours de réalisation, ouvrira ses portes au début 2011; « un projet privé pour une utilisation publique »  précise Kike Santiago, initiateur et concepteur de ce pôle audiovisuel. A noter, que seuls des capitaux privés ont financé l’ensemble.

ZINEALDEA, c’est une offre complète pour l’industrie cinématographique et audiovisuelle. Sur une surface de 80 000 m², près de Saint-Sebastien, on trouve au coeur du dispositif, un espace dédié à la production avec des plateaux de cinéma, dont un de 1800 m² et de 14 mètres de haut, de plus petits studios, des espaces auxiliaires et des entrepôts permettant l’accès aux camions. C’est aussi un hôtel permettant aux intervenants en cours de production d’être logés sur le site, un centre de formation destiné autant aux étudiants en audiovisuel qu’aux professionnels, c »est encore un parc industriel d’entreprises du secteur audiovisuel, des espaces loisirs ouverts au grand public et la possibilité de spectacle en tout genre… un pôle audiovisuel digne des studios hollywoodiens.

Ce nouvel outil s’ajoutera à tous les décors naturels qu’offre la région, des rues de Bayonne au désert des Bardenas en passant par la montagne basque ou les spots de l’Atlantique.

Silence on tourne !

Silence on tourne !

(Voir la suite…)