(Surf)

Belharra, la sauvage…

La vague la plus haute d’Europe (10 à 15 mètres) près de Socoa, au sud de Saint-Jean-de-Luz, Belharra, la sauvage, fut chevauchée pour la première fois le 22 novembre 2002.

Elle joue depuis, au chat et à la souris, avec ses nombreux amants, tous plus expérimentés les uns que les autres. Imprévisible et impertinente, la belle peut passer une année sans se montrer. Elle aime l’automne et l’hiver, quand les surfeurs en mal de spot peuvent venir se réchauffer en son sein.

Dix ans plus tard, ils sont de plus en plus nombreux à guetter l’aguicheuse, leur promettant un 7e ciel, que seuls, les plus audacieux pourront atteindre…

Publié le 24 novembre 2012

Zorionak

Zorionak


(Culture basque)

Bertsu, fleuron de la tradition orale basque

Ils s’appelaient Xalbador, Mattin, Xanpun, Etxahun, Otxalde… Ils ont donné au bertsu moderne, ses lettres de noblesse. Ces improvisations chantées et versifiées se pratiquent seul ou en duo, chacun donnant la réplique à l’autre.

Aujourd’hui, ils s’appellent Amets Arzallus (vainqueur de la finale du championnat 2012 de bertsularis du Pays Basque Nord), Odei Barroso, Eneritz Zabaleta, Xumai Murua… Maddi Sarasua, qui a raté de peu le podium. Ils marchent dans les pas de leurs ainés, perpétuant ainsi une tradition millénaire.

Séquence nostalgie en couleurs et en noir et blanc.

Publié le 24 novembre 2012

L'abbé Larre de l'Académie Basque remet la Boina et le Makila de Meilleur bertsulari 2012 d'Iparralde à Amets Arzallus d'Hendaye

L’abbé Larre de l’Académie Basque remet la Boina et le Makila de Meilleur bertsulari 2012 d’Iparralde à Amets Arzallus d’Hendaye

(Voir la suite…)


(Culture basque)

Bertsu, la relève est assurée

La tradition orale est, depuis toujours, la base de toutes les civilisations. Bien avant d’être écrite, la langue est parlée, la culture est ainsi transmise de génération en génération. Toutes les civilisations de par le monde ont leur conteurs et leurs improvisateurs, le Pays Basque a ses bertsularis. Le bertsu est une improvisation chantée et versifiée, sur un thème donné. Des siècles de tradition orale ont donné à cet art particulier ses lettres de noblesse. Le bertsu se pratique seul ou en duo, où chacun donne la réplique à l’autre.

Comme les griots en Afrique où la tradition se transmet à l’intérieur d’une même famille, on trouve aussi dans l’histoire du bertsularisme des familles d’improvisateurs. « Etxahun »,  « Otxalde »,  « Xalbador », « Mattin », « Xanpun », etc… sont parmi les plus grands noms des bertsulari d’Iparralde. Pour continuer à faire vivre cet art majeur de la culture basque, la transmission orale ne suffit plus. Onze écoles de bertsu ont été créées dans les trois provinces d’Iparralde, grâce à l’association Bertsulartien Lagunak (les Amis des bertsulari).

C’est la même association qui organisait ce week-end à Saint-Jean-de-Luz la finale du championnat d’Iparralde (Xiberoa, Lapurdi eta Baxenabarreko Bertsulari Xapelketa). Une moyenne d’âge inférieure à 30 ans, un public nombreux et passionné, un hommage aux anciens… pas de doute la relève est assurée… Le titre de txapeldun (champion) est revenu à l’Hendayais Amets Arzallus, suivi de Odei Barroso et Sustrai Colina.

Publié le 15 novembre 2010

Bertsu 2010 Donibane 7.jpg

(Voir la suite…)