(Agro-Pastoralisme)

Flash-back sur ardi gasna

Juillet 1974 dans les montagnes du Pays Basque du côté d’Esterenzubi. Rien n’était commode, seules les jeeps et les voitures du genre 4CV circulaient sur les chemins caillouteux, les liaisons étaient restreintes, le ravitaillement n’arrivait pas tous les jours…

Les chemins sont devenus carrossables, les kayolars sont en parpaings, les panneaux solaires fournissent l’électricité et le mobile est dans la poche. Le travail, en revanche, reste le même, les journées sont longues et contraignantes. L’amour du « bien faire » est lui toujours là et le résultat : un fromage de brebis…je ne vous dis pas !

Publié le 7 juillet 2014

.

.

(Voir la suite…)


(Agro-Pastoralisme)

Sans terre et sans reproche…

Ttale et son épouse Jeanine, bergers « sans terre », louent depuis 16 hivers, un pacage et une bergerie (qu’ils ont rénovée), autour du lac d’Harrieta, à Saint-Jean-le-Vieux. Le propriétaire des terres, qui souhaite transformer sa bergerie en petite résidence estivale de 8 appartements, avec une date butoir de l’été 2013 (cause de permis de construire), veut rompre cet accord, exige le départ du berger et de son troupeau arguant de l’absence de contrat écrit entre les deux parties. Le berger sans terre et sans reproche n’a pour tout contrat que la parole qui lui fut donnée il y a 16 ans (hitza hitz) et les chèques versés au propriétaire. Il ne demande qu’un délai de 3 hivers, jusqu’au départ à la retraite de son épouse.

Dialogue de sourd… querelle de voisinage… avec en toile de fond le statut précaire, sans protection juridique des bergers sans terre.

Le syndicat ELB a apporté son soutien à Ttale, estimant que la terre agricole doit avant tout faire vivre les paysans et non alimenter des finalités touristiques et souhaite qu’une solution consensuelle puisse aboutir pour que le berger sans terre ne devienne pas un berger errant…

Publié le 19 octobre 2012

Ttale Ouret et sa femme Jeanine se sont expliqués devant l'entrée du domaine

Ttale Ouret et sa femme Jeanine se sont expliqués devant l’entrée du domaine

(Voir la suite…)