(Exposition)

Ascain, les Chemins de la Photographie

Double plaisir de visiter Ascain jusqu’au 13 aôut. Le village est agréable et l’association Zilargia propose un parcours photographique sur ses murs, fenêtres, balcons et chez les commerçants.

En partenariat avec la mairie, les photographes Patrick Ondicola et Raphaël Cauhépé-Francois ont choisi une quarantaine de photographes pour occuper l’espace d’une manière spectaculaire ou surprenante.

Au rez de chaussée de la Mairie de très belles photos du luzien Gabriel Martinez présentées sous le titre  « Sala de espera ». Exposition en noir et blanc réalisée fin des années 60 représentant l’attente en gare d’Hendaye des migrants portugais et espagnols.

Bonne marche photographique…

Publié le 27 juillet 2015

"Sala de espera" par Gabriel Martinez

« Sala de espera » par Gabriel Martinez

(Voir la suite…)


(Arts et Culture, Théâtre)

La chasse aux sorcières en Labourd

Il y a 400 ans, le Pays Basque vivait une des périodes les plus sombres de son histoire. Henri IV y avait dépêché le président du parlement de Bordeaux D’Espagnet et son conseiller Pierre de Lancre pour mettre de l’ordre dans une région où, pensait-il, régnaient sorciers et sorcières. Le sieur de Lancre remplit sa mission avec un zèle tout particulier. En 4 mois de présence en Labourd, il envoya au bucher entre 60 et 80 personnes, essentiellement des femmes, des enfants et des prêtres. Le retour des hommes, partis en campagne de pêche et la révolte qui s’en suivit, mit un coup d’arrêt au sinistre de Lancre. En partant, il prit 200 otages qu’il déporta au fort du Hâ.

Ce morceau d’histoire est le thème de la pièce de théâtre, tout en langue basque, de Joseba Aurkenerena et Peio Chipi, « Iduzkilore ». Ce spectacle, dont la dernière représentation vient d’avoir lieu à Ascain, a tourné dans tout le Pays Basque dans le cadre de la « Commémoration des événements tragiques du Labourd » de 1609.

Publié le 31 mars 2011

Iduzkilore 59.jpg

(Voir la suite…)


(Agro-Pastoralisme)

Ils descendent de la montagne… les pottoks

Le pottok est une race de cheval basque, arrivé il y près d’un million d’années d’Amérique du Nord, en passant par l’Alaska et la Sibérie. Les peintures rupestres trouvées dans les grottes de Sare, d’Oxocelhaya et d’Isturitz prouvent que la race n’a pratiquement pas bougé depuis la préhistoire, en dehors de son adaptation au milieu environnant. Le pottok est un animal de petite taille, robuste, demandant peu de soins et… libre! Si chaque animal est bien identifié et appartient à un éleveur, le pottok vit très souvent en pleine liberté sur les flancs des montagnes basques, la Rhune, l’Artzamendi, le Baigura ou l’Ursuya.

PASTORE  LORE est une fête rurale, où chaque année à Ascain, le pottok est roi. Une fois par an, sur le versant de la Rhune, un troupeau de  300 têtes, est rassemblé par les éleveurs. Commence alors la transhumance vers le village. Le troupeau est encadré par des cavaliers en costumes et précédé par les joaldunak et c’est au galop que ces pottoks, presque sauvages, investissent le village.

Publié le 7 octobre 2010

Pottok 23.jpg

(Voir la suite…)