(Arts et Culture, Cinéma)

FIPA-ci… FIPA-là…

C’est devenu une tradition. La dernière semaine de janvier, Biarritz vit dans les salles obscures. Curieux ballet, dans les rues, entre les séances, où des groupes se croisent pour aller d’une salle à l’autre, bravant le froid et hâtant le pas pour se réfugier dans la salle suivante. Le Festival International de Programmes Audiovisuels attire de plus en plus de monde. Et malgré un jour de programmation supplémentaire, il a encore fallu pour certaines séances, gérer les frustrations et refuser du monde.

Elle avait commencé sous le soleil cette semaine de projection, mais au fil des jours la météo s’est mise à l’unisson et le ciel s’est obscurci! Qu’importe, cela n’a pas refroidi les ardeurs du public dans les salles et des professionnels au FIPATEL. Deux rangées de méridiennes rouges installées dans le hall du Casino municipal, donnaient aux uns et aux autres l’illusion d’une manifestation estivale. Un nombreux public dans les salles… beaucoup plus clairsemé pour les conférences. L’hommage rendu à Hervé Ghesquiere et Stéphane Taponier, les deux journalistes retenus en Afghanistan depuis 13 mois, était prétexte à réflexion sur la liberté d’informer.

Les jeunes sont très investis dans ce festival avec le jury des Jeunes Européens et les élèves du pôle audiovisuel de Biarritz qui ont profité d’une semaine de travaux pratiques grandeur nature en réalisant un clip sur le FIPA.

Une bonne semaine d’où chacun est reparti avec des images plein les yeux. Un palmarès unanimement apprécié… et un lauréat visiblement surpris d’avoir reçu 3 prix!

Publié le 1er fevrier 2011

FIPA 2011 18.jpg

Tags : , , ,
Cliquez sur les vignettes pour agrandir les photos.