(Manifestations)

Combien pour défiler ?

Ils étaient 500, chiffre ni officieux, ni officiel car fluctuant, quelques fois il y en a qui sortent mais plus souvent qui rentrent. Cinq cents portraits de prisonniers politiques basques qui ont défilé dans les rues de Bayonne, portés à bout de bras ou tout contre eux par des mères, pères, sœurs, frères, parents et amis. Du Nord et du Sud, de nombreux politiques et une foule imposante (plusieurs milliers de participants) pour les accompagner. Les cris de « Presoak Etxerat » sont passés par-dessus les murs.

Publié le 17 Juin 2014

.

(suite…)


(Manifestations)

Herri eskola…

Malgré des conditions météo médiocres, ils furent nombreux à répondre à l’appel de Seaska, à Hendaye.

Parents, enfants, calendretas bearnaises, élus des deux côtés de la Bidassoa se sont mobilisés pour sauver le projet de construction de la nouvelle Ikastola d’Hendaye. Ce qui a justifié le juste courroux des principaux intéréssés? La loi Falloux ressortie des cartons poussiéreux de la IIe République par Monsieur le Sous-Préfet, interdisant au maire d’Hendaye de contribuer à la construction d’une école privée avec les deniers publics.

Bien que les 30 ikastolas d’Iparralde soient sous contrat d’association avec l’Etat, elles auraient beaucoup à craindre si la vieille loi Falloux (162 ans au printemps!) reprenait du service et était appliquée stricto sensu.

L’heure serait maintenant à l’apaisement, mais les organisateurs restent vigilants, prêts à recommencer.

Publié le 7 février 2013

 

.

.

(suite…)


(Manifestations)

Euskal presoak Euskal Herrira…

Retour en images sur une manifestation réussie. A l’initiative du mouvement Herrira et soutenus par Bake Bidea (le chemin de la paix), ils étaient 15 000 dans les rues de Bayonne, à réclamer le respect des droits des prisonniers politiques basques et leur retour au Pays Basque.

Cette mobilisation exceptionnelle trouve aussi ses racines dans l’application du MAE à l’encontre d’Aurore Martin et son extradition, puis incarcération en Espagne. Aurore askatu! Liberté pour Aurore! Banderoles, graffiti, slogans… tout convergeait pour réclamer la libération immédiate d’Aurore Martin.

Publié le 13 novembre 2012

.

.

(suite…)


(Manifestations)

Aurore askatu!

Les partis politiques de tous bords s’indignent de l’extradition d’Aurore Martin (sous couvert d’un Mandat d’Arrêt Européen), livrée « manu militari » aux autorités espagnoles, incarcérée dès son arrivée à Madrid. Son crime? avoir participé à une réunion publique d’un parti politique, interdit en Espagne, mais légal en France.Elle risque 12 ans de prison! La mobilisation grandit au Pays Basque pour réclamer sa libération immédiate d’abord au Ministre de l’Intérieur, qui a tapé en touche… et au Président de la République. La balle est entre ses mains… espérons qu’il n’en fera pas le même usage que Ponce Pilate.

Mais qu’elle est donc cette échelle de valeur? Faut-il avoir violé pour échapper à une extradition? La nationalité française a permis à cinéaste de renom accusé de viol aux Etats-Unis, de bénéficier du fait que la France dans la plupart des cas, n’extrade pas ses propres ressortissants, même si les faits reprochés sont aussi condamnables en France. J’ai un doute… le viol est bien interdit en France? Quoique… une affaire récente dans le Val-de-Marne pourrait faire penser le contraire! Pour mémoire, Aurore Martin est citoyenne française, elle est membre d’un parti politique autorisé en France, cela n’a pas empêché les autorités françaises (qui n’ont rien à lui reprocher!) de la livrer à la police espagnole. On se croirait presque revenu 70 ans en arrière! Quoiqu’il en soit, il semblerait qu’appartenir à un parti politique dérangeant soit plus grave que violer, seul ou en réunion.

Libérez Aurore Martin!

C.C.

Publié le 5 novembre 2012

Les juges de la Cour d'Appel de Pau avaient accepté en son temps la livraison par la France à l'Espagne d'Aurore Martin

Les juges de la Cour d’Appel de Pau avaient accepté en son temps la livraison par la France à l’Espagne d’Aurore Martin

(suite…)


(Manifestations)

Petite vitesse pour la manif anti-LGV

Ils sont venus… Ils étaient  là… pour scander NON à la LGV/AHT EZ. Du Pays Basque ou des Landes, les opposants au tracé imposé par les autorités ont défilé, lentement, très lentement dans les rues de Bayonne, précédés d’une centaine de tracteurs… et encadrés par autant de CRS et autres gendarmes!

Elus, militants, familles ou simples particuliers, banderoles pour les revendications et joaldunak pour garder la mesure, ils ont, durant 3 heures parcouru environ 3 km et ça… c’est carrément anti-(L)GV!

Publié le 29 octobre 2012

.

.

(suite…)